LA MÉTHODE « DANZA MOVIMENTO NATURALE »

La méthode Danza Movimento Naturale (DMN) a été créée en 2005 par Giovanni Zappulla, chorégraphe, danseur et directeur artistique du centre chorégraphique L'espace.
Son long séjour en France - au Conservatoire national de musique et de danse de Boulogne Billancourt et aux Ridc (Rencontres internationales de danse contemporaine) - a donné à Zappulla une forte empreinte pédagogique qui l'a poussé à approfondir les techniques et le chemin déjà entrepris par la danseuse Isadora Duncan (1877-1827). 

GLP%202015-8363_edited.jpg

Sur les traces d'Isadora Duncan : le génie rebelle et son "mouvement intérieur".

 Isadora Duncan était un génie rebelle, une pièce indispensable de l'histoire de la danse, précisément parce qu'elle n'avait pas de formation académique préétablie et qu'elle avait le courage d'explorer.

La danse du mouvement naturel part donc d'une étude approfondie des techniques de la danseuse américaine, la premiere à parler de mouvement interne.

"Nous pourrions le définir comme un mouvement qui résout enfin la dichotomie entre l'esprit et le corps. Une dichotomie - souligne Zappulla - qui a été imposée comme une superstructure mais que les Grecs ne connaissaient pas : au théâtre, ils étaient à la fois musiciens, acteurs et danseurs. De même, le mouvement interne part de l'âme, irradie vers les os et les muscles profonds, vers l'esprit et le corps : c'est une force que nous n'avons pas l'habitude d'utiliser depuis des siècles".

Le lien avec les disciplines orientales

La méthode DMN - née de la collaboration entre le chorégraphe et la danseuse Annachiara Trigili - s'est développée avec l'union substantielle de la danse contemporaine avec la musique et la rencontre avec le Taijiquan Chen et le Qigong,
disciplines dans lesquelles nous trouvons le concept de mouvement interne, conforme à la nature humaine dans ses aspects biomécaniques, énergétiques et psychiques.
"Il n'est pas surprenant que la pensée et les techniques occidentales rencontrent les techniques orientales, tout comme l'esprit et le corps reprennent le dialogue à travers la méthode Danza Movimento Naturale, observe Zappulla, car le corps humain est conçu comme un instrument d'orchestre. Il a la même harmonie que nous trouvons dans les images des figures grecques dansantes, la même harmonie qu'Isadora cherchait dans les musées et qu'elle ramenait ensuite au théâtre : le lieu naturel de cette harmonie".

 

Des questions pour (re)commencer

 Ce que la danse contemporaine a recommencé à faire il y a un peu plus d'un siècle, c'est de donner au corps la possibilité de construire son histoire naturelle, d'exprimer son mouvement essentiel en fonction de son équilibre réel. Dans la méthode DMN, le corps apprend à écouter ces lois.

"Nous devons partir - dit Giovanni Zappulla - de certaines questions : laissons-nous notre corps exprimer son propre rythme ? Comment suivre ses mécanismes naturels pour bouger réellement, indépendamment de l'effet à produire, du résultat à atteindre ? Comment pouvons-nous avancer lentement ou rapidement, sans nous voir imposer un fonctionnement artificiel ? Si le progrès technologique a contribué à rétrécir l'espace-temps dans lequel nous acquérons des informations de manière boulimique, qu'en est-il de l'espace-temps individuel ?"

La Sicile, l'étranger, le passé et l'avenir

 Une méthode, DMN, qui s'est déjà exportée au-delà des frontières, de la France au Mexique, à travers des ateliers et des spectacles où le corps du danseur n'est plus considéré comme un objet soumis à une usure souvent irréversible en hommage à l'esthétique du mouvement, mais comme un centre de force, de croissance et de bien-être.

Le danseur devient ainsi fort par la danse elle-même. Et la danse redevient naturelle, incroyablement riche ; les corps peuvent aller bien au-delà des questions de technique et de style, le mouvement a sa propre vérité.

 

"En même temps, poursuit le chorégraphe, les recherches que je mène n'ont pu naître qu'en Sicile. La compagnie que je dirige ne pouvait être conçue que dans un pays doté d'un immense patrimoine culturel, tout en rondeur, et qui possède les forces et les capacités pour trouver un point de rencontre. Une contemporanéité en continuité évolutive avec un passé dans lequel l'esprit et le corps étaient unis dans une même harmonie. Notre tâche est de la retrouver. Ce n'est qu'alors que le danseur réalisera qu'il a déjà une musique en lui, écrite juste pour lui : et tout ce qu'il peut faire, c'est l'écouter et la partager".